Chicago années 30

Pour discuter et stocker les sources d'inspiration
Répondre
184201739
Evêque
Messages : 469
Inscription : ven. sept. 07, 2018 7:31 pm
Localisation : Fontainebleau, Aix en Provence, Avignon

Chicago années 30

Message par 184201739 »

https://www.arte.tv/fr/videos/090556-00 ... r-chicago/

Quand Heinrich Hauser, un photojournaliste allemand à l’œil aiguisé, prend le pouls du Chicago trépidant des années 1930, sans omettre l’envers du décor... Un film muet d’une grande beauté plastique, récemment restauré et accompagné d’une nouvelle musique composée par Andy Miles.

1931, à Chicago l’industrieuse, dans le quadrillage enfumé des rues, une foule affairée, avec ses ouvriers noirs fraîchement arrivés des États du Sud, qui mettent de l’huile dans les rouages. Trains filant à toute vapeur, buildings fuselés et ballet impeccable des hommes et des machines : le journaliste, écrivain et photographe allemand Heinrich Hauser lègue un hypnotisant reportage sur cette cité en mouvement perpétuel. Sa caméra suit le tempo, saute dans le métro aérien ou prend de la hauteur pour se balancer sur une attraction foraine. S’il reprend le motif de la métropole américaine pleine de promesses, son œil aiguisé de photographe n’oublie pas l’envers du décor. Médecin, réformateur social et "roi des hobos" (ouvriers nomades laminés par la crise de 1929), Ben Reitman fait irruption et rappelle, poing serré, la misère des innombrables sans-abris de Chicago. Le rythme se calme alors, et la ville dévoile ses laissés-pour-compte au dos voûté, ses bureaux de placement décevants, ses taudis et ses gamins des rues.

Récemment restauré, ce témoignage précieux, d’une grande beauté plastique, à l’affût de la moindre pulsation de vie, s’enrichit d’une nouvelle musique, composée par Andy Miles. Inspirée du jazz de Chicago, elle s’ouvre à d’autres influences pour épouser les aspérités de la ville et souligner la modernité du film.
Répondre